Quand toute la planète est sur play, l'actualité PlayStation l'est aussi !

[TEST PS Vita] EscapeVektor

Posté par caillou71 le 5 décembre 2013 à 9 h 16 min
Nous vous dévoilons aujourd'hui même le périple incroyable de s1gma0eab3f_V3kt0r ! Comment ? Vous ne savez pas qui c'est ? Et bien lisez vite ce test PS Vita, vous n'en ressortirez pas moins bête !

INTRODUCTION


Nous vous dévoilons aujourd’hui même le périple incroyable de s1gma0eab3f_V3kt0r ! Comment ? Vous ne savez pas qui c’est ? Et bien lisez vite ce test PS Vita, vous n’en ressortirez pas moins bête !


SCÉNARIO


Au cœur du système informatique… Si Nnooo avait développé un jeu d’horreur, la phrase d’accroche aurait déjà été toute trouvée : « Dans un système informatique, personne ne vous entend crier ». Seulement c’est tout autre, il s’agit là d’un casse-tête plutôt sympa et aguicheur sur le papier. Joueur que vous êtes, vous allez devoir aider un codeur expert, humain à la base, qui s’est fait emprisonner dans ce système sous la forme d’un code informatique. De son nom s1gma0eab3f_V3kt0r, ou Vektor pour les intimes, notre ami cherche à se libérer à tout prix pour s’enfuir de ce système. Lui offrant votre aide, vous allez alors parcourir ce système de long en large, passant dans le premier chapitre par le processeur, puis par la mémoire morte, pour arriver ensuite dans la carte mère, et ce, pour finir dans la mémoire vive. Tout au long de ces 4 chapitres, Vektor utilisera ses compétences et ses dons de pirate informatique pour s’échapper de la machine tout en retrouvant ses souvenir perdu dans les régions de la machine pour comprendre ce qu’il fait ici.

Intéressant sur le papier dans un premier temps Mais ici, le jeu n’ayant bénéficié d’aucune traduction, il est donc de A à Z en anglais, du menu aux explications et des astuces aux trophées. Et c’est là le problème : le joueur va sans arrêt se poser des questions ? Pourquoi « remplir » des barres blanches en roses ? Pourquoi ces ronds et ses barres le long du chemin clignotent ? Pourquoi utiliser des « Wildcards » ? Pourquoi Vektor ne ressemble à rien ? Pourquoi, Pourquoi ? Le joueur est plongé dans un scénario qui est plutôt complexe. Le point noir est qu’un non-bilingue ne comprend pas toutes les explications et les astuces de Viktor. Utilisant un vocabulaire assez pointu par moment, se rapprochant logiquement du domaine informatique, le joueur est donc noyé dans des informations incomplètes ou non-comprises, chose qui ne favorise pas la prise en main d’EscapeVektor, bien au contraire.


GAMEPLAY


Malgré toutes les questions sans réponses que vous vous posez, vous vous lancez dans le jeu, bien décidé à aider votre nouvel ami Vektor qui prend alors la forme d’un vecteur, une petite flèche blanche. Vous devez alors « remplir » les lignes blanches des cases que vous voyez à l’écran en lignes roses. Ceci en évitant les obstacles, les pièges et les ennemis bien décidé à retenir Vektor prisonnier de ce système. A cela s’ajoute 4 capacités que vous débloquez au fil du jeu : Detonate, Boost, Boost Super et Boostenate et qui aideront Vektor dans son périple. Rapidité, stratégie et rapidité seront donc les trois mots à vous référez tout au long du jeu.

Et quand vous comprenez enfin l’une de vos questions précédentes, que les « Wildcards » servent à doubler vos points (ne demandez pas pourquoi !), ou que ces ronds et ces barres le long de la grille sont des radars qui clignotent au bout d’un certain temps (idem, ne demandez pas pourquoi), une autre question, si ce n’est pas plusieurs, débarque dans un coin de votre esprit. Pourquoi la médaille platine est si dure à débloquer, et ce, même sur le premier niveau du premier chapitre ? Que faut-il faire ? Et que fait-on quand un carré non pas rose mais rouge apparaît ? Pourquoi les ennemis en passant dans certaines « portes » se téléportent et réapparaissent sans aucun avertissement pour vous tuer ? Encore une ou plusieurs choses non comprises qui ne feront que ralentir l’intégration du joueur dans ce jeu…

Et oui, parce qu’avec EscapeVektor, comme n’importe quel autres puzzle-games d’ailleurs, l’aspect scoring est évidement présent. A chaque niveau, 4 médailles sont à débloquer : bronze, argent, or et platine. Et cet aspect est renforcé avec le classement online présent à la fin de chaque partie pour vous mesurer aux autres joueurs du monde entier. 3 classements sont donc proposés : le classement « proche » qui vous oppose au joueur non-loin de votre localisation, le classement « rivaux » qui prends en compte tous les joueurs du monde entier se rapprochant de vos scores et le classement « amis » qui comme son nom l’indique vous confronte à vos amis PSN.

Concernant les contrôles, la grande majorité s’effectue par les commandes tactiles, c’est-à-dire avec les touches directionnelles et les boutons Sony (croix, carré, rond et triangle). EscapeVektor utilise aussi de façon très limité la fonction tactile ainsi que la gyroscopie. Cette dernière, mal utilisée, nous bloque carrément la vue de la grille de temps à autres. Comme le montre l’image ci-dessus, en commençant le niveau, on se retrouve avec la vue sur un seul coin en haut ou en bas sans avoir de vue sur l’ensemble. Très désagréable, surtout si à ces moments-là, un ennemi vous fonce dessus !


GRAPHISMES


Si on comparerait le gameplay à un Pac-Man, le graphisme se rapprocherai d’un Tron, tout comme l’histoire d’ailleurs. Simples voir minimalistes, colorés, épurés et agréables, les graphismes d’EscapeVektor ne sont pas là pour vous en mettre plein les yeux, ce n’est après tout pas ce qu’on demande à un puzzle-game.

Sur la photo supérieure ? Non, rassurez-vous. La petite bouse rose n’est pas un excrément d’alien. Non, non, il s’agit évidement de Vektor, votre nouvel ami. On le voit d’ailleurs sourire allègrement, heureux de vous avoir trouvé et que vous l’aidiez dans sa noble cause… A moins que ce ne soit qu’un bout de son oreille droite… Ou de son menton.


IMAGES



BANDE SON


La bande-son est quand à elle assez bonne, voir très bonne. Outre les petits bruitages bien sympathiques, ce sont les musiques, contagieuses et entraînantes, qui donneront au jeu un véritable entrain et un certain dynamisme.


DURÉE DE VIE


A travers 4 chapitres, 27 mondes et 150 niveaux, réussir à avoir le platine à chaque niveaux, débloquer les les 41 badges et les 9 trophées relèverait sans aucun doute de l’exploit. Vous avez donc de nombreuses heures devant vous avant de boucler complètement EscapeVektor.


BILAN


LES PLUS :
  • Une ambiance visuelle et sonore agréable.
  • Un gameplay dynamique.
  • Un scénario complexe et intéressant...
LES MOINS :
  • ... à condition de le comprendre.
  • Peu de fonctionnalités de la console exploitées.
  • La gyroscopie mal utilisée.

NOTE FINALE


10 / 20 !

CONCLUSION


Un puzzle-game n’a au fond pas besoin d’un scénario : Puddle par exemple s’en sort très bien et ce sans aucun scénario. Nnooo l’ont voulu autrement et en ont intégré un dans EscapeVektor plutôt intéressant et complexe. Si ce choix en tant que tel n’est certainement pas mauvais en soit, la non-traduction elle l’est ! Le joueur est alors plongé dans un univers plaisant, que ce soit au niveau visuel que sonore, avec un gameplay dynamique et assez plaisant. Plaisant ? Le problème faut-il en comprendre le fonctionnement auparavant. EscapeVektor, c’est plaisant et agréable comme obtenir le numéro gagnant de l’Euromillion… Mais numéro enfermé dans un coffre-fort dont vous ne connaissez pas le code !

À lire aussi :

À propos de l'auteur de cet article :

“Adulescent shooté à la culture geek, associé secret d'Heisenberg, amant de Daenerys Targaryen, passager sombre de Dexter, ghostwriter de The Walking Dead, je suis l'une des 2 couronnes de Planète Playstation.”

» Il a déjà écrit 1878 articles sur Planète PlayStation.

Son ID PSN est :   Son site est : http://planete-play.fr/

Adsense

    Rejoignez-nous sur Facebook

    Rejoignez-nous sur Google Plus