Quand toute la planète est sur play, l'actualité PlayStation l'est aussi !

[TEST PS Vita] Floating Cloud God Saves the Pilgrims

Posté par Shin le 5 décembre 2013 à 13 h 45 min
Découvrez le test d'un shoot'em up au concept assez original !

INTRODUCTION


Le shoot’em up… Voila un nom qui fait frémir les amateurs de scoring mais surtout les nostalgiques. Car oui c’est un genre de jeux qui a fait les beaux jours de l’arcade et des machines rétro mais qui est aujourd’hui porté disparu et dont les derniers représentants se font rares… Connu notamment avec des jeux a la difficulté progressive et son scrolling vertical ou horizontal, le shoot’em up s’illustre souvent par un déroulement dans l’espace où le joueur contrôle un vaisseau armé de powers-ups qu’il doit ramasser et doit faire face a des hordes d’ennemis ainsi que des boss prenant souvent tout l’écran.

Rares sont les jeux qui peuvent se vanter d’avoir déroger à cette série de particularités. Même encore aujourd’hui, les shoot’em up les plus médiatisés par la presse vidéo-ludique arborent un déroulement proche de celui d’il y a 20 ans. Mais certains, dont le jeu dont nous allons parler aujourd’hui, s’émancipent en prenant leurs libertés tout en conservant l’appellation shoot’em up.

Sorti il y a un an sur l’obscur catalogue miniS de la PSP (RIP), Floating Cloud God Saves the Pilgrims en HD est un portage du jeu éponyme (sans le HD bien sûr) qui retente sa chance sur la petite sœur en proposant des graphismes rehaussés pour l’écran OLED de la Vita, un nouveau mode de contrôle que nous aborderons plus loin dans le test et des trophées.

Mais parlons un peu du jeu : vous contrôlez donc un génie grimpé sur un nuage (dont la ressemblance avec un Pokémon est troublante) protecteur d’un village dont le but est d’escorter une armée de pèlerins désireux de reprendre leur joyau sacré et dont le nombre peut très vite diminuer si vous ne les protégez pas contre les démons et les divers ennemis démoniaques qui vont vous arriver par horde. Shoot’em up sans véhicule ni espace ou bien le précieux score mais gardant le fidèle scrolling et les powers ups représentés par le pouvoir de l’amour que vous offrent les pèlerins, ce jeu mérite t’il de figurer dans vos ludothèques ?


GAMEPLAY


Après avoir constaté grâce au manuel, qui nous explique en quatre pages de dessins qu’on peux déplacer notre dieu des nuages avec la croix ou le stick et que l’on peux tirer à l’aide des boutons ou du deuxième stick, nous pouvons commencer à jouer. Comme dit plus tôt, notre but est ici de protéger les pèlerins de diverses ennemis voulant les envoyer dans l’autre monde en étant armé de notre fameux nuage dont on peux en lancer des bouts horizontalement ou verticalement. L’ennemi éliminé entraînera l’adoration des pèlerins pour votre personne et fera apparaître des cœurs qui noircirons votre nuage (voir même plus) pour rendre vos projectiles plus efficaces et plus rapides. L’effet inverse s’écoule aussi à chaque fois que l’on tire donc attention à utiliser les tirs avec parcimonie lorsque votre monture est bien chargée. Un point à noter : on peut tirer sur les projectiles des ennemis pour récupérer des cœurs et protéger nos villageois.

Au niveau du déroulement du jeu, on débute le voyage avec 8 pèlerins; le but est d’arriver à la fin du niveau en ne perdant aucun des pèlerins, ce qui permet d’en troquer un contre un costumé qui généralement vous donne plus rapidement des cœurs. Dans le cas inverse, vous récupérerez qu’un seul gentilhomme à la fois ce qui est assez hardcore quand il ne nous en reste qu’un seul. Notons qu’il est possible de recommencer au début d’un niveau pour éviter le génocide de pèlerins que vous avez pu effectuer l’essai d’avant. Après avoir fini trois niveaux d’un monde, on se retrouve face à un boss et le scrolling s’arrête, le principe étant souvent de couvrir vos petits protégés en détruisant ses projectiles tout en cherchant un moyen d’anéantir le boss.

Pour la jouabilité, on ne peux que vous conseiller d’utiliser le deuxième stick de la <strong>PlayStation Vita</strong> pour tirer car c’est très difficile avec le bouton X surtout en ce qui concerne la visée. Petit bémol, l’angle de visée de 45° pose souvent problème quand des projectiles ou ennemis arrivent par le haut. Bref, notre Dieu se manie plutôt bien et assez rapidement ce qui permet d’acquérir pas mal de skill une fois qu’on a l’habitude.


GRAPHISMES


Le jeu se dote d’un rajout dans son nom en le terme HD, mais à part quelques pixels rajoutés pour tenir sur la résolution de la Vita, pas de réels lifting « haute-définition ». Graphiquement parlant, les arrières plans ne sont pas extraordinaires mais restent variés et on apprécie aussi l’animation du génie qui reste sympathique. Les ennemis sont assez variés également même si à certains moment on a affaire a un simple changement de couleur. Bref, à la vue du faible prix, on ne critique pas trop la qualité des graphismes qui restent tout à fait convenable pour un jeu de cette envergure.


IMAGES



BANDE SON


Probablement la partie du jeu la moins réussie. Même si la qualité des musiques est jugeable par chacun, et même si elle sont indéniablement répétitives à cause de leur fond trop proche, le gros point noir concerne les bruitages qui font couper le son de la machine très rapidement. On a l’impression de jouer à un jeu ou ça fait « piu-piu » dans tous les sens et ce, à chaque fois que vous tirez ou bien touchez un ennemi ce qui rend vite la chose insupportable sachant que ce sont les deux actions que vous effectuez le plus dans le jeu. Bref, point qui aurait pu être largement amélioré lors du portage sur Vita, un petit blâme donc.


DURÉE DE VIE


Reprenant exactement le contenu de base, c’est-à-dire 28 niveaux divisés en 7 mondes, le jeu se finit en une petite heure en ligne droite. Ce qui va gonfler la durée de vie est le gros challenge du jeu qui consiste à arriver à terminer tous les niveaux sans perdre un seul pèlerin. Défi qui aurait pu être corsé si nous n’avions pas la possibilité de recommencer à l’infini au début d’un niveau pour corriger la mort d’un de nos protégés. Pas non plus de système de scoring qui manque à un jeu auto-proclamé shoot’em up.


BILAN


LES PLUS :
  • Concept original et intéressant.
  • Jouabilité au stick appréciable.
  • Prix accessible...
LES MOINS :
  • ...Qui se ressent sur le contenu rachitique
  • Bruitages inaudibles.
  • Rejouabilité faible par manque de réel challenge.

NOTE FINALE


13 / 20 !

CONCLUSION


Floating Cloud God Saves the Pilgrims en HD nous propose pour 3,59 € un concept original pour un shoot’em up qui s’éloigne un peu des classiques du genre et qui est renforcé par un gameplay intéressant. Cela dit, quelques coquilles ternissent un peu le tableau comme le fait qu’il n’y ai pas de gros challenge alors qu’il appartient à un genre ou cette notion lui est souvent attribué. Maintenant que le premier a posé les bases, on espère une suite qui devra consolider certains points comme les graphismes, le contenu, la bande-son etc. Par contre, pour ceux qui ont déjà acheté le jeu en miniS PSP, il est inutile de le racheter car vous payerez plus cher; à part bien sûr si vous souhaitez profiter de la maniabilité avec le deuxième stick qui, il faut bien l’avouer, est appréciable.

À lire aussi :

À propos de l'auteur de cet article :

“”

» Il a déjà écrit 27 articles sur Planète PlayStation.

Son ID PSN est : andreas__44  Son site est : http://planete-play.fr/

Adsense

    Rejoignez-nous sur Facebook

    Rejoignez-nous sur Google Plus