Quand toute la planète est sur play, l'actualité PlayStation l'est aussi !

[TEST PS Vita] Gravity Rush

Posté par caillou71 le 4 décembre 2013 à 9 h 23 min

» Acheter Gravity Rush sur PS Vita via Amazon
d'autres titres PS Vita sont disponibles dans notre sélection de jeux.

Aujourd'hui, nous avons passé au crible le jeu PS Vita Gravity Rush. Découvrez vite le test détaillé de ce titre édité par Sony.

INTRODUCTION


D’abord prévu dans le line-up de notre console préférée, Gravity Rush a ensuite été repoussé en ce début d’été. Encensé par la critique comme l’un des meilleurs jeux de la PS Vita, que vaut-il vraiment ? L’attente aura-t-elle été justifiée ? Une nouvelle licence à succès ou un jeu lambda ? L’heure est au test…


SCÉNARIO


Au premier abord, l’histoire que nous propose le jeu ne nous offre rien de très original. On y incarne Kat, une adolescente agile et plutôt séduisante, qui se réveille amnésique dans un monde nouveau qu’elle ne connait pas. Maîtresse d’un chat stellaire lui offrant le pouvoir de dompter la gravité, elle va donc s’en aller à la recherche de son identité tout en sauvant les habitants de ce monde d’accueil de tempêtes gravitationnelles et de funestes créatures, plus communément appelés « Névis ». Mais les rebondissements permanents et surprenants nous offre un scénario cohérent et étonnant.

L’histoire réservera nombreuses de ses surprises à notre héroïne et au joueur. Le jeu ne se résume donc pas à exploiter le pouvoir de la gravité et nous livre un scénario des plus immersifs. On retrouvera tout un tas de personnages attachants comme une autre jeune femme, Raven, brune et ténébreuse, dotée des mêmes pouvoirs que Kat et qui cherchera à nous mettre des bâtons dans les roues ou encore un policier étourdi qui vous fera la cour. Également, un étudiant fort sympathique aux yeux de notre héroïne qui cherche à sauver une amie au proie d’un Névis maléfique ou encore le créateur même de ce monde, un vieux fou cachant un vortex inter-dimensionnel sous son manteau, sous l’apparence d’un clochard. L’aventure amènera plusieurs fois notre héroïne de l’autre côté du miroir et se transformera en trip psychédélique ou en voyage intérieur.


GAMEPLAY


Ce monde, constitué de quartiers volants composant la grande cité d’Hekseville, nous offre un terrain de jeu idéal pour notre gravitéenne. Mais attention, Kate ne vole pas. Elle tombe en inversant la gravité grâce au pouvoir de son chat stellaire. Elle peut donc marcher sur les murs et même glisser mais en aucun cas ne pourra voler, même si le rendu en est proche.

Ce concept intéressant et fort original pourrait alors se transformer en une prise de main laborieuse et chaotique. Mais fort heureusement, il n’en est rien. Il suffit d’appuyer sur le bouton R pour flotter dans les airs. Un petit viseur va alors apparaitre à l’écran permettant d’indiquer la direction souhaité dans laquelle vous voulez projeter la gravité. Vous n’avez alors plus qu’à appuyer de nouveau sur le bouton R pour vous diriger là où vous souhaitez. Le bouton L va instantanément vous remettre dans le « bon sens ».

Concernant les phases de combat, Kat va, au fur et à mesure de l’aventure, apprendre un certains nombres de techniques. Coup de pied, griffe tournoyante, typhon gravitationnel, micro-trou noir… Tout un ensemble de méthodes de frappes pour évincer du Névis. Ces attaques spéciales, tout comme les pouvoirs gravitationnels innés de Kat, s’amélioreront selon le bon vouloir du joueur grâce à un panneau de personnalisation simple mais efficace et des gemmes violettes dissimilés dans la ville ou gagnées lors de défis. Le bouton carré sert au coup de pied, le bouton triangle et le joystick gauche aux attaques spéciales. Le bouton rond permet de créer un champ d’apesanteur et la croix de sauter. On peut aussi utiliser la fonction tactile ainsi que la gyroscopie pour la glisse.

Cependant, il faut bien l’avouer la prise en main la première heure est quelque peu déroutante mais une fois les mécanismes acquis, à vous les lois de la gravité. Pour ma part, la fonction gyroscope m’a donné pas mal de souci, mais une fois l’habitude prise, l’impression de vitesse et de pouvoir est très prononcée.


GRAPHISMES


Les graphismes… D’une toute beauté ! Ce design et cet aspect cel-shading (effet graphique 3D inspiré du rendu des dessins de bandes-dessinées) est une totale réussite. Les environnements sont particulièrement bien détaillés. A mi-chemin entre manga et BD, le jeu rend parfaitement hommage aux prouesses dont est capable la console. Les animations sont fluides, le dynamisme des actions et de la mise en scène, les couleurs radieuses des différentes zones, les architectures tantôt industrielles et tantôt organiques…

Petite mention aux superbes cut-scenes qui prennent l’aspect de bandes-dessinées interactives, pouvant être visionnés grâce au touchpad arrière et à la fonction gyroscopique de la console. La narration ne manque pas d’humour et nous donne véritablement l’illusion de partir dans l’inconnu. On peut par contre noter des temps de chargement quelques longs lors par exemple de transitions de chapitres ou lorsqu’on relance la partie après un game over. Ils cassent un peu le rythme et ralentissent l’action mais le titre de Sony transpire tellement la classe sur tous les autres plans qu’on lui pardonne sans souci les quelques défauts.


IMAGES



BANDE SON


Les bruitages (rumeur de la foule, exclamations des passants embarqués en apesanteur, cris de Kat lors des attaques…) sont très efficaces et collent toujours très bien avec l’ambiance. La langue imaginaire utilisée pour les doublages renforce l’immersion dans l’univers du jeu, à défaut d’aider à la compréhension si l’on ne possède qu’un niveau de lecture basique en japonais.

Les musiques renforcent aussi l’ambiance du jeu. Entre morceaux jazzy dans le quartier festif, thèmes plus rythmés dans la ville industriel ou encore envolées de cordes et de cuivres dans les combats, il y a en pour tous les goûts.


DURÉE DE VIE


Gravity Rush nous offre une intrigue en 21 chapitres particulièrement bien rythmée sur une douzaine d’heures, sans compter les défis annexes en tout genre (course libre, course de glisse, attaque à chrono, défi de lancer…) et les futurs DLC déjà programmés qui vont rallonger cette durée de vie déjà conséquente pour un jeu du genre sur une consoles portable. Pour certains, cette mauvaise manie du DLC prise par de nombreux jeux (qui a dit Call of Duty ?) pourrait décevoir mais cependant, ces DLC, plus abordables financièrement, ne pourront que prolonger le plaisir sans pour autant vider votre porte-monnaie.


BILAN


LES PLUS :
  • Graphiquement magnifique.
  • Une jouabilité exceptionnelle.
  • Un scénario très immersif.
  • Une ambiance unique.
LES MOINS :
  • Temps de chargements un peu long.
  • La caméra quelquefois perdue.

NOTE FINALE


19 / 20 !

CONCLUSION


Gravity Rush est un must have pour les possesseurs de PS Vita. Magnifique, original, plaisant à jouer, une durée de vie conséquente… Malgré une caméra quelquefois perdue et des temps de chargements un peu longs, le jeu nous plonge dans un voyage cosmique à la frontière de plusieurs mondes.

À lire aussi :

À propos de l'auteur de cet article :

“Adulescent shooté à la culture geek, associé secret d'Heisenberg, amant de Daenerys Targaryen, passager sombre de Dexter, ghostwriter de The Walking Dead, je suis l'une des 2 couronnes de Planète Playstation.”

» Il a déjà écrit 1878 articles sur Planète PlayStation.

Son ID PSN est :   Son site est : http://planete-play.fr/

Adsense

    Rejoignez-nous sur Facebook

    Rejoignez-nous sur Google Plus