Quand toute la planète est sur play, l'actualité PlayStation l'est aussi !

[TEST PS4] Killzone : Shadow Fall

Posté par Crunch le 2 mars 2014 à 12 h 00 min

» Acheter Killzone : Shadow Fall sur PS4 via Amazon
d'autres titres PS4 sont disponibles dans notre sélection de jeux.

Armez-vous car la guerre commence sur la PlayStation 4 avec Killzone : Shadow Fall !

INTRODUCTION


Après un passage à succès en exclusivité sur plusieurs consoles estampillées PlayStation comme la PS2, la PS3 ou plus récemment sur la console portable de Sony, la PS Vita, le FPS phrase signé Guerilla Games part au front pour se faire une place sur cette nouvelle génération de console de salon.

Ainsi, cet épisode baptisé Shadow Fall est disponible tout logiquement depuis le lancement de la PS4 sur chaque continent du monde pour mettre en avant le talent du studio mais aussi pour mettre la machine de guerre PlayStation en action. Alors, le pari est-il tenu de la part du constructeur japonais ? La réponse à la fin de ce test.


SCÉNARIO


Revenons tout d’abord aux bases de l’histoire du titre, qui remonte à plusieurs années déjà, à l’époque de la PlayStation 2. Cette licence propose aux joueurs de se mettre dans la peau d’un humain qui fait parti de l’ISA. L’ISA est un groupe de soldats qui combattent depuis des années des Helghasts. A travers différents épisodes, l’ISA a du faire des choix mais aussi combattre encore et toujours l’ennemi de toujours pour sauver la planète Vekta.

Dans Shadow Fall, on prend les mêmes et on recommence. En effet, ici l’histoire commence dans une ambiance assez électrique où un immense mur a été dressé sur la planète Vekta pour marquer la séparation entre l’ISA et les Helghasts. Tout comme Killzone : Mercenary, l’histoire n’est pas manichéenne : il n’y a pas d’un coté les gentils très gentils et de l’autre les méchants très méchants. Les deux camps ont des parts d’ombre et des secrets et les gentils ont eux aussi fait des choses condamnables (soit disant au prix de la liberté).

Rappelons que l’ISA a permis à ceux qui n’ont pas péris du côté Helghasts de pouvoir emménager sur la planète qui était réservée aux humains après la quasi-destruction de leur planète. Le mur construit devait séparer les deux camps pour éviter des batailles longues et fastidieuses mais visiblement, il a provoqué des isolements chez certaines personnes qui se retrouvent du mauvais côté de la barrière. Du côté Vektans du mur, c’est une pseudo démocratie avec une ambiance (graphismes) et une bande-son futuriste de Tyler Bates. De l’autre, c’est une dictature qui tente de survivre avec des taudis (graphismes) et une bande-son industrielle de Lorn. C’est à ce moment que l’histoire commence réellement où vous incarnez un enfant, Lucas Kellan, qui doit fuir avec son père ce mauvais côté pour aller se réfugier du côté de l’ISA où ils seront tous deux en sécurité. Cependant, durant cette fuite, le père de l’enfant va se faire exécuter sous ses yeux. Un Shadow Marshal de la VSA, Sinclair, va alors sauver l’enfant pour le prendre sous son aile. Après plusieurs années d’entrainement, celui-ci devient de plus en plus fort et est prêt pour intégrer l’ISA afin de combattre l’ennemi qui ne cesse de provoquer conflits et exécutions. Nous vous laissons imaginer la suite avec toute la haine de cette personne envers les assassins de son père qui n’a envie que d’une chose, le venger en abattant un maximum de Helghasts.


GAMEPLAY


Après une première mission de reconnaissance, nous arrivons tout droit dans une guerre sans pitié. Que cela soit dans des environnements sauvages, à la limite du tropical, que dans des lieux clos, il faudra frapper un maximum d’ennemis avec une précision chirurgicale pour pouvoir survivre et avancer. Comme les habitués de cette licence le savent, il faudra avoir l’œil partout car entre les ennemis planqués, ceux qui arrivent en masse par la voie aérienne ou terrestre, les snipers situés à plusieurs centaines de mettre ou encore les tours qui n’attendent que vous, le maître mot sera vigilance. Même si la variété d’armes est au rendez-vous comme d’habitude avec les touches traditionnelles pour tirer, se mettre à couvert ou encore tirer, ce nouvel épisode propose de nouveaux gadgets intéressants.

Nous pouvons citer par exemple l’écho tactique qui permet, via la flèche droite appuyée, de trouver les menaces dans un périmètre donné via une onde qui se propage. Même si ce gadget peut s’avérer utile, il faudra faire attention dans son utilisation car si l’appui est trop long, tous les ennemis seront avertis dans le périmètre et une horde de Helghasts armées jusqu’aux dents vous prendra pour cible.

Un autre gadget, dans l’ère du temps au sein des FPS, est le drone. Activable via le pavé tactile de la DualShock 4, celui-ci dispose de 4 fonctions qu’il faudra apprendre à utiliser tant elles sont efficaces. Nous retrouvons ainsi une charge électrostatique permettant de paralyser ou détruire ce qui se trouve autour de lui mais aussi la possibilité de faire écran sous la forme d’un bouclier, un mode tyrolienne qui, en allant plus loin ou plus bas, tendra une corde pour atteindre des lieux inaccessibles jusqu’ici ou encore, un mode essentiel, vous remettre d’aplomb en injectant une dose d’adrénaline en cas de coup dur.

Les deux gadgets cités sont donc un vrai complément pour le joueur car, en les combinant, ceux-ci sont tous simplement redoutables et pourront venir à bout d’ennemis sans trop d’efforts ou du moins, en limitant la casse comme si une équipe de soldats était à vos côté. Il faudra les utiliser avec intelligence pour réaliser des tactiques en lançant une grenade en étant planqué ou pour sortir d’une tenaille des deux coté à la fois… Cela prend tout son sens au fil des niveaux qui deviennent de plus en plus difficiles. Un réel changement s’opère à la moitié du jeu entre des premiers ennemis relativement simple à tuer et des ennemis plus coriaces dans la seconde partie avec des soldats d’élite qui portent des boucliers, des araignées explosives, etc.

A travers une dizaine de chapitres, jouables en une heure chacun environ, vous aurez toute une palette de possibilités offertes dans différents environnements comme nous l’avons déjà évoqué mais aussi dans des épreuves différents comme dégommer des ennemis en étant dans un engin de guerre, des chutes libres ou même en étant en apesanteur.

Exit l’action non-stop. On retrouve le gameplay d’un Crysis. Pas de couloir direct et on shoot sur tout ce qui bouge mais différentes approches et des cartes plutôt grandes. On réfléchit et on avance et non on avance et on tire comme dans la licence Call of Duty notamment. Cela donne un réel coût de fraîcheur pour se démarquer de la concurrence et pour varier les plaisirs.


GRAPHISMES


Comme tous les Killzone, cet épisode est encore une vitrine technologique qui exploite au maximum toutes les fonctionnalités et les possibilités de la console (pour un jeu de lancement).

Effectivement, l’équipe de développeurs a mis le paquet ! Avec une précision impressionnante, synonyme de passage à cette huitième génération de jeux vidéo, nous pouvons retrouver une forêt presque réelle où les arbres et chutes d’eau sont magiquement travaillés mais aussi des bâtiments très soignés avec une finesse dans les détails qui change des autres FPS et épisodes. A cela nous pouvons également compter sur des textures et jeux de lumières et d’ombres qui, selon l’inclinaison du soleil ou la hauteur où vous vous trouvez, donneront un charme différent aux scènes et actions et c’est cela que nous voulons retrouver sur cette nouvelle génération de console.


IMAGES



BANDE SON


L’ambiance de ce titre n’a pas été mise en côté car nous pouvons dire, dès plusieurs minutes de jeu, que la bande son n’a pas été négligée, au contraire. Une fois plongé dans l’aventure, il sera difficile de décoller en plein action tellement la pression et l’intensité dépendant de cette bande son. Un travail d’autant plus appréciable dans la mesure où, avec la mise en place d’une nouvelle manette PS4, les possibilités sont nouvelles.

De ce fait, nous pouvons, selon les actions, entendre des passages directement sur la DualShock 4 pour donner une nouvelle forme au FPS avec la lecture de journaux audio. C’est un vrai plus qui donne l’impression au joueur de se retrouver sur les champs de bataille, prêt à frapper !


DURÉE DE VIE


Avec une campagne scindée en une dizaine de chapitres, il y aura de quoi faire durant presque autant de temps (cela va dépendre du mode choisi et de votre niveau) en solo pour arriver au bout de cet épisode. Cependant, pour ceux qui partent à la chasse de trophées et donc du 100 %, auront de quoi faire quelques heures supplémentaires en recherchant des objets cachés un peu partout dans les différents environnements du jeu en cherchant, par exemple, des fragments audio.

Enfin, en dehors d’une campagne solo, il y a une aventure en ligne et ce FPS ne déroge pas à la règle. Que cela soit dans des genres habituels comme les matchs à mort pour ne citer qu’eux ou dans des modes totalement personnalisés appelés Warzones, les joueurs auront de quoi profiter à plusieurs durant de longues heures durant avec un multi qui est assez bien conçus ou peu de lags sont présents.


BILAN


LES PLUS :
  • Des graphismes renversants.
  • Un scénario prenant et différent des autres épisodes.
  • Un drone aux capacités variées et essentielles.
  • La conception et l’utilisation du multi bien construite.
LES MOINS :
  • Des phases de réflexions qui peuvent déplaire à certains.
  • Certaines zones un peu brouillonnes, où on ne sait pas quoi faire.

NOTE FINALE


18 / 20 !

CONCLUSION


Avec sa campagne solo qui se terminera en une dizaine d’heures, le soin apporté au mode multijoueur et les graphismes qui en jettent, ce Killzone : Shadow Fall frappe fort dans la course aux FPS sur la PlayStation 4. Ajoutons à cela une bande son efficace, l’exploitation de la DualShock 4 avec le haut parleur intégrée et l’utilisation du pavé tactile pour piloter le drone et vous aurez un FPS efficace qui met en avant les capacités que propose la nouvelle console de salon de Sony.

À lire aussi :

À propos de l'auteur de cet article :

“Créateur et Administrateur de Planète PlayStation, mon équipe et moi même partageont l'actualité des consoles PlayStation du moment, la PS Vita et la PS4 à travers de nombreux articles variés (images, vidéos, annonces, trophées...) mais également des fiches complètes permettant de créer votre collection de jeux vidéo en toute liberté.”

» Il a déjà écrit 2316 articles sur Planète PlayStation.

Son ID PSN est : Crunch_62590  Son site est : http://planete-play.fr/

Adsense

    Rejoignez-nous sur Facebook

    Rejoignez-nous sur Google Plus