Quand toute la planète est sur play, l'actualité PlayStation l'est aussi !

[TEST PS Vita] Stealth Inc. : A Clone in the Dark

Posté par caillou71 le 5 décembre 2013 à 11 h 57 min
La discrétion est de rigueur dans ce jeu mêlant plate-forme, infiltration et réflexion.

INTRODUCTION


Stealth Bastard (Bâtard Furtif, en français) avait été sanctionné dès le départ, trop grossier selon Sony ! Ni une, ni deux, le puzzle-game de Curve Studios dû donc se trouver un nouveau nom. Et quoi de mieux que de lier l’utile à l’agréable en lançant un vaste concours dans lequel des milliers de joueurs pourront s’exprimer. Les participants ont ainsi rendu leur verdict : deux nom furent retenus, Stealth Inc. et A Clone in the Dark. Et aussi simple qu’1+1=2, Stealth Inc. et A Clone in the Dark ont ainsi été assemblés pour donner le titre que l’on connait dorénavant : Stealth Inc. : A Clone in the Dark (Incorporation Furtive : Un Clone dans l’Obscurité, en français).


SCÉNARIO


Nouveau rejeton indépendant inspiré du très saignant Super Beat Boy, le dernier en date étant le « so-kawaii » Kung Fu Rabbit du studio Neko Entertainment, Stealth Inc. : A Clone in the Dark laisse les lapins et les carottes de côté et parle aux espions, aux vrais. Discrétion, infiltration et réflexion seront ainsi demandé aux apprentis Sam Fisher se lançant dans l’aventure. Mixe entre phases de plate-forme old-school et phases de gameplay à la Splinter Cell, Stealth Inc. place le joueur dans un drone ayant pour mission d’infiltrer un complexe scientifique sécurisé.

Comme bon nombre de puzzle-game, Stealth Inc. : A Clone in the Dark n’a pas de scénario à proprement parler… Ce dernier présent est peu exploité, servant essentiellement de prétexte au jeu. Ce qui n’handicape pas cette grande majorité peut, dans certains cas, l’être. A l’extrême et dans le même univers high-tech (d’où la comparaison), on retrouvait EscapeVektor : un jeu dont le scénario étant bon sur le papier mais dont la mise en place sur l’écran OLED de la machine et les quelques explications données en langue de Shakespeare larguait le joueur, alors perdu, dans un univers nouveau avec des mécanismes incompréhensibles. Ici, Stealth Inc. : A Clone in the Dark n’est quand même pas au même point : la compréhension du scénario et des mécanismes de jeu se font, doucement et à tâtons, mais surement. Un petit défilement d’images au début pour comprendre le scénario, une petite explication sur le décompte des points et autres petites attentions auraient été un plus. Mais après tout, ne pas dévoiler certains éléments peuvent également découler d’un choix artistique, de manière à plonger le joueur dans un univers inconnu, un peu comme s’il découvrait en même temps que le protagoniste ce monde nouveau et étrange.


GAMEPLAY


Rebelote à chaque puzzle-game, et Stealth Inc. : A Clone in the Dark ne déroge pas à la règle : un gameplay simple, accrocheur et efficace de manière à toucher un public casual et nomades présent sur ordinateur, tablettes et autres smartphones. Se déplacer avec le joystick, actionner des commandes avec carré, ramper avec rond et sauter avec croix. Classique mais efficace là encore !

Concernant le gameplay en tant que tel, tout se passe sur l’écran de la console. Jeu d’infiltration comme il se doit, vous devez être discret et savoir vous fondre dans l’obscurité en toutes circonstances. L’objectif sera alors, dans les 80 niveaux, 100 si vous téléchargez le premier DLC intitulé The Teleporter Chambers (Les Chambres de téléportation, en français) gratuitement le premier mois, de rejoindre la porte finale en actionnant, pour se faire, différents mécanismes et en évitant les ennemis. Le décompte de points se fera alors selon un classement, en plus du mondial visible à la fin de chaque niveau, un système de notes en lettres : de la première lettre S (vous êtes James Bond) jusqu’à la dernière E (vous êtes OSS 117) en passant par A, B, C et D. Ce classement est d’ailleurs très intéressant : basé sur le temps, les morts et la discrétion du joueur, Stealth Inc. est un jeu d’infiltration sortant des sentiers du genre, nous offrant là un gameplay dynamique et nerveux.

A chaque niveau vous pouvez également débloquer des costumes spéciaux permettant ainsi certaines facilités au niveau en vous attribuant certains pouvoirs : outre le clone de base n’ayant aucune aptitude particulière, portant des lunettes et ayant du bide, la tenue de camouflage permet de se rendre invisible quelques secondes, l’hologramme de projeter une vision holographique du clone, le leurre acoustique de créer un leurre sonique, etc. Cela n’interfère que peu la difficulté et Stealth Inc. : A Clone in the Dark reste un jeu bien corsé dans lequel vous perdrez à coup sûr quelques cheveux.


GRAPHISMES


La réalisation est sobre mais efficace. Les jeux de lumières et d’ombres étant l’une des bases du gameplay sont corrects. Les carrés noirs dans l’ombre sont par contre un peu difficile à distinguer, surtout dans un jeu dont les niveaux interactifs changent avec chacune des interactions du joueur. Ces changements donnant lieu par contre à une réelle mise en scène dans chacun des niveaux, offrant ainsi variété et diversité.


IMAGES



BANDE SON


La bande-son n’a rien à envier à d’autres « indies ». Correcte et aux tonalités mêlant rock et électro, elle suffit au jeu tout comme les bruitages de bonne qualité.


DURÉE DE VIE


Vendu au prix de 9,99 € avec un premier DLC offert le premier mois, c’est 100 niveaux qui vous sont ainsi proposés et séparés en 10 mondes, chacun gardé par un boss final. Avec la difficulté exponentielle au fur et à mesure de votre avancée, un rang S assez difficile à atteindre qui vous coûtera plus d’un cheveu et des trophées, le prix est correct. Difficile de juger une durée de vie cependant étant donné que celle-ci va énormément dépendre de votre habitude et de vos entraînements.

Une chose sûre cependant, c’est l’éditeur de niveaux qui est fort sympathique. Assez difficile par contre à prendre en main aux débuts, celui-ci permettra de poster vos œuvres sur le Store et de les proposer à la communauté. Sorti sur PC en novembre 2012, Stealth Bastard de son vrai nom, arbore d’ailleurs certaines statistiques fort intéressantes : presque 45 années de jeu, plus de 16 millions de morts et presque 2 000 niveaux créés (ces mêmes niveaux téléchargés plus de 9 millions de fois)… De quoi faire pâlir LittleBigPlanet.


BILAN


LES PLUS :
  • Un gameplay simple, efficace et nerveux.
  • 100 niveaux au départ sans compter ceux créés par la communauté.
  • L'éditeur de niveaux.
LES MOINS :
  • Hormis le rang S, pas de réelle motivation.
  • Un peu plus d'explications au départ aurait été un plus.

NOTE FINALE


14 / 20 !

CONCLUSION


Un gameplay accrocheur, simple et nerveux ainsi qu’une difficulté suffisante aux plus hardus d’entre vous, c’est en ce sens que Stealth Inc. : A Clone in the Dark est une réelle réussite. Un éditeur de niveau pour parfaire le tout est également plus qu’apprécié (si la communauté suit évidement). Mais ce dernier trop complexe au démarrage et peu de réelle motivation à terminer les niveaux aux rang S pourront en décevoir plus d’un.

À lire aussi :

À propos de l'auteur de cet article :

“Adulescent shooté à la culture geek, associé secret d'Heisenberg, amant de Daenerys Targaryen, passager sombre de Dexter, ghostwriter de The Walking Dead, je suis l'une des 2 couronnes de Planète Playstation.”

» Il a déjà écrit 1878 articles sur Planète PlayStation.

Son ID PSN est :   Son site est : http://planete-play.fr/

Adsense

    Rejoignez-nous sur Facebook

    Rejoignez-nous sur Google Plus